Bentô du mardi

Que du très simple :

Bentô pâtes, salade, sauce moutarde et aneth

  • macaroni sur un lit de crème de petits pois, faisselle de chèvre et citron, dans des draps de pyramide de chèvre, sous une couverture d’emmental
  • salade verte, une batavia je crois, un peu de chou blanc, et emmental (tout ne rentrait pas dans la partie du haut)
  • sauce moutarde à l’aneth, citron et huile d’olive

Gratin de pâtes aux blettes

Gratin de blettes

Ingrédients

  • 4 grandes blettes (à peu près 650g)
  • 200 g de pâtes (ici des torti au blé complet)
  • 30 g de beurre
  • 30 g de farine (ici de petit-épeautre)
  • du liquide (traditionnellement du lait, ici, un reste de soupe)
  • chapelure

Modus operandi

Couper les blettes en petits morceaux, les cuire à la vapeur pendant 20 minutes. Pendant ce temps, faire les pâtes.

Préparer la béchamel : faire fondre le beurre dans une casserole, ajouter la farine, mélanger pour assécher un peu le mélange, puis mettre le liquide de votre choix, et remuer remuer remuer jusqu’à ce que la consistance vous plaise.

Préchauffer le four à 160°C.

Étaler une partie des pâtes dans un plat à gratin, puis les blettes, et le reste des pâtes. Recouvrir de béchamel. Parsemer de chapelure et enfourner une vingtaine de minutes.

Conclusion

Du moelleux limite mou ? Avec les pâtes, check. Du tendre goûtu ? Avec les blettes, check. Du croquang gourmang ? Avec la chapelure, check. Ok, on a tout. Je me ressers, hein, poussez-vous.

Bentō pâtes au pesto d’asperge, salade diverse

Bon, mes bentō se ressemblent beaucoup ces temps-ci : pâtes en haut, salade en bas. C’est bien, remarquez, parce que c’est typiquement le genre de plat qui a mille variations !

Bentō pâtes pesto d'asperges, salade aux haricots
En haut : pâtes radiatori sur un lit de pesto d’asperges et épinards du commerce, une jolie trouvaille, mais un trop petit pot :'( .
En bas, batavia avec petits pois et haricots rouges, avec sauce huile d’olive, citron et wasabi.
Les radiatori, c’est rigolo, on dirait un peu les puces du jeu Piqu’Puces (pas taper, non non non, aïeu).

Bentō pâtes, boulettes et cookies

Boîte rapide avec des trucs déjà faits, du bon, du moelleux, du goûtu, du chaud : nouilles trop cuites parce qu’oubliées par l’Amoureux :3 , boulettes de veau à tomber par terre (ok, diminuer ma consommation de viande va être difficile si on me propose ce genre de *nom*), le tout sur un lit de fromage, deux demi-poires au sirop, et deux cookies noix de macadamia et chocolat au lait. Bentō pâtes boulettes et cookies (ma mère est revenue d’Inde avec des recettes et des épices, je vais tenter de faire les plats qu’elle nous a fait goûter ce week-end, une tchuerie)

Bentô de quand il fait froid

Je sais pas chez vous, mais ici ça commence à cailler sévère (cet article a une semaine, aujourd’hui il a neigé #jdçjdr). Dans ma boîte : un reste de tortellini chapelure jambon cru et parmesan sur un lit de carottes vapeur avec crème et jus de citron ; un morceau de chou-rave *o*, une tranche de Saint-Genix et un peu de purée de marron.

Les tortellini, parlons-en, tiens. Alors que d’habitude l’Amoureux et moi-même sommes attentifs aux ingrédients, ici nous n’avions pas regardé, hypnotisés par le packaging chatoyant et la mention « jambon cru » (insérer ici une image de zombie). Plus tard, l’odeur émanant du paquet nous a fait dire « ah oué, ça sent bien le jambon, quand même », et le goût était quand même pas mal. Mais quand on regarde les ingrédients… Dans la farce, le premier est « chapelure ». Humf. Enfin, ils sont honnêtes, les proportions de jambon cru et de parmesan sont notées en clair : respectivement 2,5% et 0,9%. Paie tes pâtes « saveur jambon ». Pour de la truffe, j’aurais rien dit, mais là… Donc voilà, les tortellini Panzani, ben, beuh, un peu. Là. Je dénonce. Trop ouf. (mais sinon, avec crème, citron, et carotte, ça rend bien)

Bento tortellini
À gauche, tortellini décevants sur lit réconfortant de carottes, crème et citron ; à droite, tranche de Sain-Genix, purée de marrons non sucrée, demi-chou-rave.

Tagliatelle aux crevettes, citron et ail

Tagliatelle aux crevettes sautées à l'ail : gros plan À la base, ces crevettes devaient être mangées grillées dans l’appareil à raclette (oui, nous avons découvert que le saumon et la noix de St-Jacques se mi-cuisaient divinement dedans, alors on teste un peu tout). Et puis… et puis on s’est dit qu’on n’avait pas grand chose d’autre à racletter avec, sauf des vieux morceaux de fromage, et que non, hein, et puis tiens, j’ai envie de les cuisiner à l’ail, tu sais, un ptit côté asiat’ du sud, et du citron parce que, parce que bon.

Ingrédients pour deux gourmands un peu frustrés sur la fin

  • 14 crevettes (40/60) cuites
  • 4 gousses d’ail
  • du jus de citron
  • un peu de crème
  • un verre d’eau pas loin

Modus operandi

Faire cuire les pâtes. Pendant ce temps, hacher les aulx le plus finement possible. Faire chauffer de la bonne huile d’olive dans une poêle, et y faire revenir l’ail à feu fort. Ajouter les crevettes, faire sauter tout ça joyeusement 5 minutes. Ajouter un peu d’eau pour déglacer, cela permettra aussi que l’ail enrobe les crevettes. Hors du feu, ajouter citron et crème dans la poêle, remuer un brin et couvrir. Quand les pâtes sont prêtes, les égoutter, faire un joli nid dans les assiettes, y déposer 7 (seulement 7 ;_; ) crevettes, napper de sauce, manger bien chaud.

Verdict

I’m speechless. Et même que je le dis en anglais en me la pétant (non, en fait c’est que de plus en plus d’expressions anglo-saxonnes semblent bien mieux convenir à ce que je pense que leurs équivalents français, c’est inquiétant vous croyez ?). Les pâtes moelleuses, les crevettes goûtues, bien aillées, contrebalancées par le citron discret, et la crème qui enrobe tout ça… La prochaine fois j’essaie avec des crevettes crues : ce sera plus long, mais je gage que les saveurs seront encore plus fortes.

Tagliatelle aux crevettes sautées à l'ail

Bento pâtes aux noix, chou-rave et framboises

Un bento tout simple, mais bien bon : spaghetti, ciboulette et noix, chou-rave pour accompagner, et framboises (surgelées, je sais, bouh, mais pour tout le reste c’est de saison) gisant sur un lit de biscuits pour le dessert.

Le chou-rave, c’est une drôle de bête. On dirait un extraterrestre (la version canonique, vert avec des antennes), ça a la texture d’un radis, un goût très frais, un peu « beurré »… Perso, j’adore. Ça se coupe et s’épluche très facilement et se glisse dans n’importe quoi, boîte ou sandwich. Nous en avons eu quatre ou cinq dans le panier de légumes (j’ai sauté de joie en le découvrant) !