Gâteau de crêpes aux épinards

20140505-gateau-crepes-epinard

Pas vraiment de petite histoire à propos de ce gâteau, juste une envie d’utiliser de beaux épinards frais – et parce que les crêpes c’est cool.

Ingrédients

Pâte

pour environ 5 crêpes et du reste

  • 2 œufs
  • 1 yaourt
  • farine
  • lait et eau
  • poivre
  • ciboulette

Garniture

  • épinards frais
  • comté
  • fromage de chèvre

Modus operandi

Faire cuire les épinards (moi c’était à la vapeur, je ne conseille pas trop, parce que les feuilles se sont collées les unes aux autres).

Couper le comté en petits morceaux, faire éventuellement de même pour le chèvre – le montage doit être rapide. Hacher finement la ciboulette.

Tenir prêt un plat à gratin rond, pas trop large et plutôt haut.

Préparer la pâte en mélangeant tous les ingrédients. Cuire les crêpes dans une grande poêle bien chaude. À chaque fois qu’une crêpe est prête, la mettre dans le plat à gratin, et rapidement refourbir la poêle en pâte tout en ajoutant épinard et fromage dans le plat à gratin. Bien aplatir la crêpe dans le plat avec une spatule pour éliminer les espaces.

Préchauffer le four à 180°C.

Ne pas utiliser toute la pâte ! Vers la fin de la garniture, penser à garder un peu de pâte, et la glisser crue dans le plat, pour boucher les interstices. Saupoudrer de chapelure et enfourner, cuire environ 40 minutes.

Verdict

Une version un peu plus compliquée de mon gâteau de galettes classiques, avec l’avantage de pouvoir être fourrée plus élégamment, puisque l’ensemble est fixé dans un plat à gratin. Je ne sais pas si je referai, c’est vraiment beaucoup de boulot pour un résultat assez semblable. Mais les épinards, c’est bon.

Salade de pêches et mozza

Salade de pêches et mozzarella (gros plan)

Un petit plat sur le pouce avant de (re)partir vers l’ancienne maison pour les ultimes nettoyages (et un ptit coup de pinceau par ci).

(cet article a été écrit le 18 juin, pour info)

Ingrédients

pour deux personnes

  • 3 pêches
  • une demi-tresse de mozzarella fraîche
  • quelques feuilles de menthe
  • de la bonne huile d’olive

Modus operandi

Couper les pêches en morceaux, faire de même pour la mozza. Hacher finement la menthe. Tout mélanger et ajouter un filet d’huile avant de servir.

Verdict

Décidément le genre de plat qui me plaît ! Frais, moelleux, sucré et salé (grâce à la mozza et l’huile d’olive surtout), vraiment un beau mélange.

Salade pêches et mozzarella

Bentō de reprise, parce que zut hein, faut cuisiner un peu, oh

En haut : salade verte, poires au sirop, copeaux de fruité des Bauges, avec une sauce très simple, jus de citron et huile d’olive (une merveille, offerte par les parents de l’Amoureux, mais je ne me souviens plus du nom…). En bas, courge et pommes de terre rôties aux épices. Tout en bas : des petits-beurre. Bentō courge rôtie

Ingrédients pour 2 personnes + 1 bentō + un peu de restes

  • une demi courge : je ne connais pas son nom, elle était ronde, vert foncé au dehors et orange dedans
  • une huitaine de pommes de terre
  • de l’huile d’olive
  • des épices : j’ai mis un mélange de poivre et de noix de coco

Modus operandi

Laver tous les légumes. Couper la courge en tranches, puis en morceaux. Couper les pommes de terre en frites larges. Disposer sur une plaque couverte de papier cuisson soit les courges soit les patates, arroser d’huile d’olive et d’épices – j’ai fait en trois fois, mon four n’est pas grand. Cuire au four à 200°C 40 minutes pour les patates, 20 minutes pour la courge.

Bentō pâtes, boulettes et cookies

Boîte rapide avec des trucs déjà faits, du bon, du moelleux, du goûtu, du chaud : nouilles trop cuites parce qu’oubliées par l’Amoureux :3 , boulettes de veau à tomber par terre (ok, diminuer ma consommation de viande va être difficile si on me propose ce genre de *nom*), le tout sur un lit de fromage, deux demi-poires au sirop, et deux cookies noix de macadamia et chocolat au lait. Bentō pâtes boulettes et cookies (ma mère est revenue d’Inde avec des recettes et des épices, je vais tenter de faire les plats qu’elle nous a fait goûter ce week-end, une tchuerie)

Bentō riz aux épices, jambon et salade

Hop hop hop on se reprend, et un bentō, un ! Très simple : du riz aux épices (curcuma, poivre, cannelle, laurier), sur un lit de jambon blanc et de fruité des Bauges (j’adore mettre le fromage à fondre sous le riz), et une salade verte avec raisins secs et petite sauce au wasabi (pas extra, d’ailleurs, un goût poudreux, dû à la vieillesse et la qualité relative dudit wasabi). Bentō riz épices et salade

Bentô riz caramel

La veille au soir, c’était saumon mi-cuit, mariné une heure dans le sirop d’érable (pas d’article, car aucune photo valable). Pendant que le saumon mi-cuisait, donc, j’ai fait réduire la marinade, et l’ai additionnée de citron et de crème sur la fin – au pif, comme souvent. Il en restait après, ainsi que du riz : la base du bentô était toute trouvée.

À gauche, surimi, meule de la Dent du Chat, purée de marron non sucrée avec abricot sec, concombre ; riz et sauce caramel.
À gauche, surimi, meule de la Dent du Chat, purée de marron non sucrée avec abricot sec, concombre ; riz et sauce caramel.

Bentô semoule et soupe de paupiettes

J’ai déjà parlé des multiples vies des paupiettes. Mais qu’advient-il du vin dans lequel ont cuit les paupiettes, quand la viande a été mangée ? Nous avions fait deux de ces merveilles avec du vin blanc, de la verveine (initiative de l’Amoureux) et des raisins secs, et le liquide restant, parfumé de jus de viande, on n’allait tout de même pas le jeter ! Donc nous y avions mis des carottes en lamelles, des pommes de terre en tranches et des fanes de navets nouveaux (oui, le panier surprise de la Ruche cette semaine contenait des navets nouveaux, au goût piquant et pourtant si fin, je les ai mangés crus tellement ils sont bons).

Mais dans mon bentô, je ne pouvais pas mettre de liquide, il n’est pas hermétique. Donc j’ai déposé une couche de graine de couscous, et ai versé dessus la soupe froide, et ai laissé gonfler toute la nuit. Au lendemain, le bouillon gras et parfumé avait imprégné la semoule, c’était excellent. J’ai rajouté en plus un peu de beurre d’escargot sur les légumes (oh, c’est l’hiver, hein, ‘fait froid, faut manger un peu gras).

Bentô soupe de paupiettes et semoule Avec ça, un demi-navet nouveau, deux feuilles de chou blanc renfermant de l’emmental pour l’une et du fromage de chèvre pour l’autre, deux madeleines, une clémentine, du chocolat noir aux framboises et un raton-laveur. Qui s’est barré avant que je prenne la photo, le sagouin.

Bentô rouge

Bentô riz, betteraves et thon

Régulièrement, nous mangeons de la chair de bébé. Crue. Bah quoi, c’est tendre et plein de protéines. Trêve de plaisanteries : j’aime pas les bébés (humains). Alors, les manger, beuh. Non, là, la purée rouge, c’est du riz avec du thon et des morceaux de betterave. Et ce sont ces derniers qui ont violemment coloré l’ensemble. Un peu creepy quand même, je vous l’avoue. Dans l’autre partie de la boîte, il y a deux madeleines, une clémentine, de l’emmental en plastique et du fromage de chèvre enrobé de noix.