« Il pleut dans ma boîte… »

De gauche à droite et de haut en bas : le couvercle. Heum. De la batavia et une mini-boite pour la sauce, parsemée de sésame ; des poires et des gnougnous blancs. Des macaronis et farfalles recouverts d'un toit de saucisses pour les protéger des gouttes d'emmental.
  1. Arf, ton titre. Il me rappelait mes années lycée, je ne savais pas pourquoi « il pleut dans mon coeur comme il pleut sur la ville » m’est venu en tête. Paul Verlaine, ben oui, j’étais en L. Z’ont bien dû nous mouliner le cerveau avec leurs commentaires composés pour que je m’en rappelle encore… Tu les trouves où les oursons blancs ? Jamais vus.

    • Les oursons blancs, c’était une grosse boîte (1 kg, je crois) achetée en supermarché (Inter).
      Et perso, je pensais plus à « il pleut dans ma hutte », dans un Astérix, mais qui doit bien faire référence à un autre truc ^^’

Laisser une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *

To create code blocks or other preformatted text, indent by four spaces:

    This will be displayed in a monospaced font. The first four 
    spaces will be stripped off, but all other whitespace
    will be preserved.
    
    Markdown is turned off in code blocks:
     [This is not a link](http://example.com)

To create not a block, but an inline code span, use backticks:

Here is some inline `code`.

For more help see http://daringfireball.net/projects/markdown/syntax