Bentô riz au fenouil et omelette au wasabi

Cette omelette, préparée à la va-vite ce matin, m’a coûté une spatule. Enfin, une maryse. Celle qui était fournie avec le mixeur, qui était fine et souple mais pas trop, et qui ne tenait pas du tout à la chaleur, comme je m’en suis rendue compte. Silly me. Pas de recette pour cette fichue omelette, déjà je suis vexée, ensuite, c’est de l’œuf battu avec du wasabi, rien d’extraordinaire.

Le ragoût de riz, par contre, en mérite une. Oui je suis injuste.

Ingrédients

  • 2 verres de riz
  • un gros fenouil
  • une échalote
  • un oignon
  • 2 gousses d’ail
  • une poignée de raisins secs
  • 1/4 de grosse boîte de petits pois
  • du fromage de chèvre frais

Modus operandi

Faire sauter quelques minutes l’échalote, l’oignon et l’ail coupés en tous petits morceaux dans de la bonne huile de l’olive. Baisser le feu (je le mets sur 2, sur une plaque électrique), ajouter le riz cru, remuer un peu et couvrir d’eau (à peu près 4 verres). Couvrir.

Couper le fenouil en petits morceaux, l’ajouter dans la marmite, ainsi que les raisins secs. Remuer, vérifier que ça n’accroche pas – si c’est le cas, baisser le feu et/ou ajouter un peu d’eau.

Laisser cuire tranquille une demi-heure environ.

Éteindre le feu, la chaleur résiduelle suffira à finir la cuisson (je parle encore et toujours de plaques électriques), et immédiatement mettre les petits pois et les mélanger.

Au moment de servir, ajouter du fromage de chèvre frais dessus ou dessous.

A gauche, ragoût de riz au fenouil. A droite, de bas en haut : omelette au wasabi, petites carottes cuites, rocher noix de coco qui déboîte.

A gauche, ragoût de riz au fenouil. A droite, de bas en haut : omelette au wasabi, petites carottes cuites, rocher noix de coco qui déboîte.

Verdict

J’avais oublié à quel point le fenouil, c’est bon. La prochaine fois, je réserve le cœur pour une salade composée, c’est tellement croquant et frais, tout en gardant le goût anisé typique, mais moins fort. Ici l’assemblage des saveurs se fait bien, chaque élément apportant la bonne note : anisée, salée, sucrée. Bon, la base oignon-échalote-ail s’est un peu fait oublier…

« Soupe » de patates et Morteau au romarin

C’était un vendredi soir. J’étais toute seule chez moi. La torpeur me prenait, et je lorgnais régulièrement vers ma bouteille de whisky quand une petite pépée blonde déboula dans le- hum. Oups.

J’étais donc seule parce que mon Amoureux a la bonne idée de bosser tard le vendredi. Salaud. (je t’Aime)

Il restait un peu de saucisse de Morteau et j’avais rêvé toute la journée de ce que j’en ferais, avec des patates et des oignons. Ce que j’ai donc mis à exécution, en coupant de petits bouts de saucisse, de petits bouts de patates, de petits bouts d’oignons, et en lançant tout ça en feu doux avec quelques brins de romarin, pendant une demi-heure environ. Comme j’avais mis un peu d’eau pour que ça n’accroche pas, ça a fini en soupe épaisse, et c’était très chouette.

"Soupe" de patates et saucisse de Morteau au romarin

Ingrédients

pour une personne seule et affamée

  • 1/4 de saucisse de Morteau
  • 3 à 4 petites pommes de terre
  • 1 oignon moyen
  • 2 à 3 branches de romarin

Modus operandi

Émincer l’oignon et le mettre à blondir dans très peu de matière grasse, dans une petite poêle. Couper la saucisse en rondelles, puis en quatre. Ajouter dans la poêle. Laver les pommes de terre, les éplucher si elles ne sont pas bio et si ce n’est pas à votre goût, les couper en rondelles, puis éventuellement en deux ou en quatre, l’idéal étant des morceaux de même volume et de même épaisseur.

Ajouter un demi-verre d’eau dans la poêle et laisser à feu doux, avec le romarin.

Remuer de temps en temps, piquer une patate pour vérifier la cuisson, et manger chaud.

Verdict

Bah c’est super bon, je recommande. Dans le même temps, oignon + patates + saucisse de Morteau, ça peut pas louper.

Bentō bien plein

Bentō patate riz pois cassés

En haut : pois cassés au lait de coco sur lit de riz.
En bas : salade verte avec huile et citron et pomme de terre vapeur.

Mffff, j’ai plus faim. Après ça, tu m’étonnes. Du brut, du lourd, du nourrissant.

Les pois cassés, c’est super bon, ça gonfle, c’est moelleux mais encore un tout petit peu croquant, ça crée une sorte de crème autour d’eux, surtout avec du lait de coco, qui ajoute sa note sucrée à l’ensemble.

Bentō pâtes au pesto d’asperge, salade diverse

Bon, mes bentō se ressemblent beaucoup ces temps-ci : pâtes en haut, salade en bas. C’est bien, remarquez, parce que c’est typiquement le genre de plat qui a mille variations !

Bentō pâtes pesto d'asperges, salade aux haricots

En haut : pâtes radiatori sur un lit de pesto d’asperges et épinards du commerce, une jolie trouvaille, mais un trop petit pot :’( .
En bas, batavia avec petits pois et haricots rouges, avec sauce huile d’olive, citron et wasabi.

Les radiatori, c’est rigolo, on dirait un peu les puces du jeu Piqu’Puces (pas taper, non non non, aïeu).

Bentō de reprise, parce que zut hein, faut cuisiner un peu, oh

En haut : salade verte, poires au sirop, copeaux de fruité des Bauges, avec une sauce très simple, jus de citron et huile d’olive (une merveille, offerte par les parents de l’Amoureux, mais je ne me souviens plus du nom…). En bas, courge et pommes de terre rôties aux épices. Tout en bas : des petits-beurre.

Bentō courge rôtie

Ingrédients

pour 2 personnes + 1 bentō + un peu de restes

  • une demi courge : je ne connais pas son nom, elle était ronde, vert foncé au dehors et orange dedans
  • une huitaine de pommes de terre
  • de l’huile d’olive
  • des épices : j’ai mis un mélange de poivre et de noix de coco

Modus operandi

Laver tous les légumes. Couper la courge en tranches, puis en morceaux. Couper les pommes de terre en frites larges. Disposer sur une plaque couverte de papier cuisson soit les courges soit les patates, arroser d’huile d’olive et d’épices – j’ai fait en trois fois, mon four n’est pas grand. Cuire au four à 200°C 40 minutes pour les patates, 20 minutes pour la courge.

Bentō pâtes, boulettes et cookies

Boîte rapide avec des trucs déjà faits, du bon, du moelleux, du goûtu, du chaud : nouilles trop cuites parce qu’oubliées par l’Amoureux :3 , boulettes de veau à tomber par terre (ok, diminuer ma consommation de viande va être difficile si on me propose ce genre de *nom*), le tout sur un lit de fromage, deux demi-poires au sirop, et deux cookies noix de macadamia et chocolat au lait.

Bentō pâtes boulettes et cookies

(ma mère est revenue d’Inde avec des recettes et des épices, je vais tenter de faire les plats qu’elle nous a fait goûter ce week-end, une tchuerie)

Bentō riz aux épices, jambon et salade

Hop hop hop on se reprend, et un bentō, un !

Très simple : du riz aux épices (curcuma, poivre, cannelle, laurier), sur un lit de jambon blanc et de fruité des Bauges (j’adore mettre le fromage à fondre sous le riz), et une salade verte avec raisins secs et petite sauce au wasabi (pas extra, d’ailleurs, un goût poudreux, dû à la vieillesse et la qualité relative dudit wasabi).

Bentō riz épices et salade